LE TEST
QUI CHANGE TOUT

Le carcinome prostatique est le cancer le plus fréquent chez l’homme. En Suisse, 1'400 patients décèdent des suites de ce cancer chaque année.

Le dépistage précoce joue un rôle décisif dans la lutte contre le carcinome prostatique. Jusqu’à ce jour, le taux de PSA et l’examen rectal sont à la base du dépistage du cancer de la prostate. Ces deux méthodes ont toutefois leurs limites et font l’objet de controverses scientifiques. Le PSA est un marqueur d’organe et non un marqueur de tumeur. Par conséquent, le dépistage par taux de PSA est controversé à juste titre.  

8 bonnes raisons de choisir Stockholm3

Stockholm3 peut détecter des carcinomes agressifs à un stade précoce, même si le taux de PSA est faible, et donc à un stade potentiellement guérissable
Stockholm3 réduit de manière significative le surdiagnostic et diminue le nombre de biopsies et d’examens IRM inutiles.
Stockholm3 permet de réaliser des économies considérables sur les frais de santé.
Stockholm3 renforce les soins de base : le traitement du patient peut être géré plus longtemps par le médecin généraliste.
Stockholm3 fournit une évaluation des risques et permet des recommandations de traitement claires.
Stockholm3 se base sur des études cliniques, des connaissances scientifiques et des études de validation éprouvées sur plus de 75 000 hommes.
Stockholm3 est en phase d’application clinique depuis 2017 en Suède et en Norvège.
Stockholm3 est cité depuis 2023 comme test primaire de dépistage précoce du cancer de la prostate dans les directives de l’American Association of Urology (AUA).

Situation actuelle et défis

  • Pour dépister le cancer de la prostate, on ne disposait jusqu’à présent que de l’antigène spécifique de la prostate (PSA).
  • À un stade précoce, 30% à 50% des types agressifs de cancers de la prostate ne présentent pas de taux de PSA élevé.
  • De nombreux carcinomes prostatiques très agressifs n’entraînent pas d’augmentation du taux de PSA.
  • La plupart des hommes de plus de 60 ans présentent une ou plusieurs lésions cancéreuses de la prostate, mais ne développent jamais de cancer de la prostate cliniquement significatif qui s’étendrait au-delà de la prostate et menacerait la vie du patient.
  • Le taux de PSA entraîne de nombreux cas de surdiagnostics, car il est impossible de distinguer les tumeurs agressives des tumeurs non significatives sur le plan clinique.La surthérapie qui en résulte souvent peut entraîner de nombreux effets secondaires lourds pour le patient.
  • Les biopsies diagnostiques de la prostate sont invasives et présentent un risque d’infection. Elles devraient être réservées aux personnes les plus en danger.

Pourquoi Stockholm3 est une meilleur option que le taux de PSA ?

Stockholm3 associe le taux de PSA avec trois autres marqueurs de protéines, une série de marqueurs génétiques ainsi que des données cliniques, ce qui permet de calculer les risques de manière plus précise qu’avec le seul taux de PSA. Les résultats sont personnalisés selon l’âge et les antécédents familiaux, ce qui permet d’évaluer les risques de manière individualisée. Cette approche garantit que les personnes à haut risque présentant un faible taux de PSA sont identifiées de manière précoce afin d’effectuer des examens complémentaires. Ceci évite les diagnostics tardifs et élargit les possibilités de traitement.

Des recommandations d’action incluses dans le test facilitent l’interprétation des résultats et la détermination des étapes suivantes du diagnostic. Ainsi, dans la plupart des cas, les patients peuvent être examinés par leur médecin traitant sans être adressés à un(e) urologue, en toute sécurité et à moindre coût.

«… Stockholm3 blood test trial results are seminal»

American Cancer Society

Comment fonctionnent
le test Stockholm3 ?

Ce test innovant permet de détecter un carcinome prostatique à un stade très précoce.

Stockholm3 associe des marqueurs de protéines (PSA libre et total, PSP94, GDF15 et KLK2) à une série de marqueurs génétiques ainsi que des données cliniques (âge, antécédents familiaux de cancer de la prostate, biopsies antérieures, utilisation d’inhibiteurs de la 5-alpha-réductase) au sein d’un algorithme afin de détecter les cancers agressifs de la prostate à un stade précoce.

Marqueurs de protéines à risque

La seule mesure du taux de PSA n’est pas assez précise pour évaluer les risques de cancer de la prostate. Un même résultat du taux de PSA peut avoir des significations différentes pour des hommes différents. Stockholm3 mesure le taux de PSA et trois autres marqueurs de protéines pour évaluer le risque de cancers agressifs de la prostate.

Marqueurs génétiques à risque

Le test Stockholm3 comprend également la mesure d’une série de marqueurs génétiques que l’on appelle les polymorphismes mononucléotidiques. Il s’agit de petites variations dans le code du même gène, qui indiquent un risque. La présence de gènes spécifiques n’est pas mesurée.

Facteurs cliniques

Lors de l’analyse du score de risque Stockholm3, des informations cliniques sont également prises en compte. Il s’agit notamment des éléments suivants

  • L’âge
  • Les antécédents de cancers de la prostate chez le père, un frère ou un fils
  • Si une biopsie a été effectuée antérieurement ou non
  • La prise d’inhibiteurs de la 5-alpha-réductase

Résultats

Stockholm3 fournit un score de risque de cancer de la prostate et des recommandations claires sur les étapes suivantes.

Stockholm3 permet de mieux comprendre la probabilité individuelle de développer un cancer de la prostate et de rassurer les patients.

Score de risque

À l’aide d’un score de risque, le test Stockholm3 indique la probabilité de développer un cancer agressif de la prostate. Le résultat indique un pourcentage indiquant la présence d’un carcinome de la prostate cliniquement significatif (score Gleason ≥3+4=7 / ISUP ≥2).

Recommandations pour les prochaines étapes

Stockholm3 offre des recommandations claires sur les étapes suivantes.

Risque élevé 

Contacter un(e) urologue pour effectuer des examens complémentaires

Risque faible ou normal 

Repasser le test dans 2 à 6 ans

Indication du test Stockholm3

Stockholm3 est adapté aux hommes de 45 à 74 ans qui n’ont jamais eu de diagnostic du cancer de la prostate.

Les recommandations générales de dépistage du cancer de la prostate restent valables :

À cela s’ajoute :

PSA < 1.5 ng/ml:
PSA 1.5 – 20 ng/ml:
PSA > 20 ng/ml:

Stockholm3 n’est pas réalisé
Réalisation du test Stockholm3
Transmission directe du dossier à un(e) urologue pour des examens complémentaires

Le risque de cancer de la prostate pour un taux de PSA inférieur à 1,5 ng/ml est très faible. Un taux de PSA supérieur à 20 ng/ml exige généralement des examens complémentaires.

Les différentes étapes vers le test Stockholm3

Si le patient a besoin de passer le test Stockholm3, la procédure est la suivante :

  • Remplissage du questionnaire :
  • Une biopsie de la prostate a-t-elle déjà été effectuée ?
  • L’un des proches apparentés (père ou frère) a-t-il été diagnostiqué d’un cancer de la prostate ?
  • Au cours des trois derniers mois, un inhibiteur de la 5-alpha-réductase (finastéride, dutastéride etc.) a-t-il été pris ?
  • Envoi des tubes de sang l’EDTA au laboratoire par la poste dans une enveloppe préaffranchie.
  • Communication des résultats par le laboratoire sous forme électronique.
  • Rendez-vous personnel ou réponse téléphonique au patient.

Prix et facturation

Le coût du test Stockholm 3 est de CHF 502.–

La facture sera envoyée directement par le laboratoire au patient.

Celle-ci est généralement prise en charge par les caisses maladie. En cas de refus de la part de la caisse le coût du test sera à la charge du patient.

Pour l’envoi du test au laboratoire, le patient devra remplir un formulaire où il confirme accepter la prise en charge financière du test en cas de refus de sa caisse maladie.

2023 Stockholm3
Français